#Interview Comment sélectionnez-vous les personnes pour vos interviews? La réponse de Lucie Boisard, journaliste et réalisatrice

Feature Image
Nous rencontrons aujourd’hui Lucie Boisard, journaliste et réalisatrice de reportages TV, qui nous explique comment elle sélectionne des experts pour ses interviews. Et en bonus, quelques conseils de réalisation pour vos prochains films institutionnels 😉

Bonjour Lucie Boisard, vous êtes Journaliste et réalisatrice de reportages TV. Comment sélectionnez-vous les personnes à interviewer pour vos sujets?

Lucie Boisard : Tout d’abord, je fais une sorte de “casting” pour entrer en contact  avec les personnes expertes dans le domaine concerné. Une interview repose sur une rencontre, un échange et non sur un monologue. La personne interviewée doit être disponible et ouverte à la discussion. Je recherche des personnes spontanées, enthousiastes et qui parlent avec passion de ce qu’elles font. C’est cette énergie là que l’on peut ensuite transmettre dans nos documentaires ou reportages. C’est ce qui donne envie aux téléspectateurs de voir un film. Ces personnes doivent être capables de répondre de manière simple et succincte sur le sujet. Il est primordial que ces spécialistes rendent le sujet accessible à tous en évitant le jargon professionnel, les sigles. Vulgariser une problématique c’est essentiel pour pouvoir s’adresser au plus grand nombre. De plus, je recherche aussi à obtenir les informations clés sur un sujet : des chiffres significatifs (sans en abuser), des idées phares, des mots percutants. Tout ce qui permet de mettre en lumière l’essentiel du sujet. J’aime aussi recueillir des exemples concrets, des témoignages, tout ce qui permet d’incarner un sujet.

Quels conseils donneriez-vous à une entreprise qui veut faire un film institutionnel?

Lucie Boisard : Un film institutionnel doit être court, percutant et concernant. Il ne faut pas hésiter à synthétiser et transmettre les idées fortes en quelques phrases. Pas de discours fleuves ou trop convenus. Il faut savoir surprendre pour interpeller l’auditoire. Je conseille de bien soigner l’écriture du film pour atteindre la cible. Les témoignages sont souvent plus marquants qu’un long discours. L’expérience marque les esprits parce qu’il y a une forme de projection. Pour parler d’une société, on peut le faire à travers le regard d’un salarié et de son vécu. Cela donne une dimension plus humaine à une société tout en abordant les problématiques du sujet traité. Il est parfois plus percutant d’aborder le sujet avec un angle différent de tout ce qui a déjà été fait. Pourquoi pas utiliser l’humour, le décalé. Même s’il est difficile de trouver le bon équilibre, si c’est bien fait ça fait mouche! Pour finir, il faut bien soigner les images avec des caméras à gros capteurs (type C300 ou C100) et faire des images aériennes avec les drones si cela est possible. La qualité d’un film repose sur le fond et la forme évidemment.
Un grand merci à Lucie Boisard pour ses précieux conseils
See you next week pour une prochaine rencontre et de nouveaux conseils!

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

shares