#Interview Rania Berrada “les rédactions suivent surtout le fil des alertes de l’AFP qui envoie plusieurs alertes par heure voire par minute”

Feature Image

Quel est ton parcours professionnel en quelques lignes?

J’ai suivi un master de journalisme au CELSA et la City University of New York. J’ai travaillé à la radio pour RFI et RMC, et à la télévision pour BFM Paris notamment.

 

Qu’est-ce qu’une Alerte presse pour toi? A quoi sert-elle?

Dans le cadre de mon travail journalistique, une alerte me sert à me tenir au courant des informations que font remonter les agenciers (de l’AFP, de Reuters ou d’Associated Press par exemple) des terrains qu’ils couvrent. En coordination avec mon rédacteur en chef, nous décidons de la « traiter » ou non. C’est-à-dire d’en faire un sujet ou non. Si nous décidons d’en faire un, nous attendons alors que l’agence nous envoie une dépêche plus détaillée avec des éléments d’information que nous pourrons exploiter.

 

Y a-t-il une forme à respecter ?

Une alerte de presse efficace est une alerte qui nous dit a minima : où, quand et qui. Plus tard, la dépêche nous renseigne généralement sur le pourquoi et le comment. Les alertes que nous recevons, de l’AFP par exemple, font une phrase. Cette phrase est plus incisive lorsqu’elle est rédigée à la voie active. Une alerte, tel que le veut l’usage, est toujours envoyé en rouge par l’agence.

 

De qui reçois-tu des alertes presse ?

Nous recevons les alertes des agences de presse. En France, les rédactions suivent surtout le fil des alertes de l’AFP qui envoie plusieurs alertes par heure voire par minute quand l’actualité est foisonnante comme c’est le cas actuellement avec le Covid-19.

 

Qu’est-ce qu’une alerte presse fiable à tes yeux ?

Une alerte presse fiable à mes yeux est une alerte qui cite sa source. Régulièrement l’AFP ajoute une parenthèse à la fin de l’alerte pour dire d’où elle tient son information. Je connais la source, je peux utiliser cette information.

 

Quels types d’alertes presse reçois-tu en ce moment ? Peux-tu me donner des exemples ?

En ce moment, comme je le disais, c’est beaucoup pour ne pas dire exclusivement des alertes concernant le Covid-19 dans le monde : tel pays a décidé de fermer ses frontières, tel autre va massivement tester ses habitants, etc. Voici trois exemples d’alertes que j’ai reçues aujourd’hui : Les dirigeants du G20 promettent de faire “front commun” contre le coronavirus(communiqué) / Xi Jinping appelle le G20 à abaisser les droits de douane pour redonner confiance dans l’économie (Chine nouvelle) / Pandémie: la foire d’art contemporain Art Basel reporte son édition 2020 à septembre.

 

Y a-t-il des alertes presse que tu considères inutiles ?

Toutes celles qui ne rentrent pas dans les domaines que je couvre. Je ne prête jamais attention aux alertes culture ou police-justice par exemple. J’y jette un œil par curiosité mais je sais que je n’en ferai rien car je couvre plutôt l’actualité internationale dans le cadre de mon travail actuellement.

 

Qu’est-ce qu’une alerte presse inconvenante à tes yeux ? As-tu des exemples ?

Les agences n’envoient jamais des alertes inconvenantes mais imprécises ou incomplètes parfois. Cela est souvent dû à un manque d’information et cela les rend inexploitables en l’état. Un exemple typique : un proche du Président a été mis en examen. Il faut forcément attendre le nom du proche du Président en question pour pouvoir faire quelque chose de ce genre d’alertes.

 

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

shares